Maison
de la Poésie
de Rennes


Ouvert du lundi
au vendredi de 09h à 17h
47 rue Armand Rébillon

Newsletter


Résidences

En cours

Luc Bénazet

Résidence d'automne
17 octobre → 11 décembre 2022

À venir

Coline Pierré

Ateliers Poésie et musique
22 novembre 2022 → 24 mars 2023

À venir

Constance Hinfray

Théâtre d'ombre
9 → 16 janvier 2023

À venir

Le Soupirail

Résidence d'éditeur
30 janvier → 25 février 2023

À venir

sabrina soyer

Résidence de printemps
10 avril → 4 juin 2023
Toutes les résidences

Dernier podcast

Echo · Pauline Allié · 14 novembre 2022

Tous les podcasts

Récemment...

Lectures croisées #2

Le 16/11/2022, par Anne-Marie

Nouveaux podcasts

Le 16/11/2022, par Quentin

Ateliers d'écriture - Luc Bénazet

Le 15/11/2022, par Lucie

Lectures : Mettre la gomme + Le problème avec le skateboard

Guillaume Dorvillésuf marenda

Date : 8 décembre 2020

Lieu : Maison de la Poésie de Rennes

Avec : éditions Vanloo

Tarif : Entrée libre et gratuite

Pour sa carte blanche de résidence, Samuel Rochery souhaitait inviter deux poètes, Guillaume Dorvillé et suf marenda (qu’il a déjà eu l’occasion de publier dans la revue numérique qu’il dirige, Watts). Malheureusement, à cause du confinement, cette soirée ne pourra avoir lieu.

A la place, les deux textes seront publiés ensemble par les éditions Vanloo, courant 2022, dans la collection #oneshot.

Quelques exemplaires gratuits seront disponibles à la Maison de la Poésie de Rennes, et le livre sera trouvable et commandable dans toutes les librairies de France.

Guillaume Dorvillé : Mettre la gomme

« Guillaume Dorvillé est poète, plasticien ; il m’arrive de porter ses t-shirts sérigraphiés, sur lesquels il a combiné poèmes-slogans et dessins : petites claques ou revers de regards ironiques sur le monde, tendres, désabusés, drôles, faussement naïfs (portés lors d’un match de tennis, ça peut déstabiliser l’adversaire, quand on ne peut pas trop miser sur l’endurance). Bien sûr, sa poésie se présente aussi, avec ou sans dessins, sur des supports plus courants que la matière textile : le numérique et le papier, dans les revues et sous forme de livre. C’est ce travail, en partie publié, en partie inédit, que je voudrais que le public entende. Multi-couche, il va du lyrisme pudique, parfois parodique, au poème le plus désaffublé, côtoyant la liste chiffonnée. Le poème ample ou croqué met la gomme. Il serait intéressant d’entendre comment Guillaume Dorvillé fait crisser tous ses pneus, et de quoi est faite la courbe du dérapage. » – Samuel Rochery.

suf marenda : Le problème avec le skateboard

« Un art urbain, élevé au rang de sport ? (not a sport) Des figures mythiques acquises à la cause de l’olympisme ? (not my president) Un instrument de paix sociale, levier de développement territorial ? (not a crime) La source d’un imaginaire réconciliant under et upper grounds, célébré par les plus grands noms de la mode et du luxe ? (not a crime) Un demi-siècle de créativité et d’entrepreneuriat, suscitant passion et engagement chez des millions d’adeptes, tout en créant de la valeur et des emplois dans le monde entier ? (not l’aventure humaine).

j’ai tout bien noté.

et, s’agissant de la plancha à roulettes, je lirai, donc,

précisément le contraire. » – suf marenda.


Guillaume Dorvillé est né à Paris en 1981. Il vit et travaille à Lyon. Il est professeur aux Pratiques Artistiques Amateurs de l’ENSBA Lyon. Il dessine et fait des expositions. Il a publié ses poèmes sur la revue en ligne Watts, et trois livres : Je balance la purée jusqu’à la comète de Halley (Semiose, 2010), Double Dragon (Altitude, 2020) et Chrome (Vanloo, 2020).

suf marenda, petit bourgeois sauvage, aurait dû naître in Moscow ou en Alger, à 1974 - mais non. inspirant guest™ au centre d’apo®étique appliquée de Newport Beach (Irvine, CA), il vit et travaille à napalm death. Il a lui aussi publié des poèmes sur la revue en ligne Watts, et un livre : Jours de manif à L.A. (Vanloo, 2020).