Maison
de la Poésie
de Rennes


47 rue Armand Rébillon

Ouvert
du lundi au vendredi
de 9h à 17h

Réseaux


Résidences

En cours

Gabriel Gauthier, Maxime Devige

Jumelage - Collège Simone Veil
13 novembre 2023 → juin 2026

Laure Mathieu

Résidence de printemps
1er avril → 26 mai 2024
Toutes les résidences

Dernier podcast

Le meilleur système · Anne-Sarah Huet · 20 novembre 2023

Tous les podcasts

Récemment...

Lectures croisées #4

Le 10/05/2023, par Anne-Marie

Un petit point sur les stages

Le 25/04/2023, par Quentin

Résidence de Coline Pierré à l'école Marie Curie de Redon

Le 04/04/2023, par Lucie

Autour du Shijing

Pierre VinclairAuxeméry

Date : 28 novembre 2020

Lieu : Institut Confucius de Rennes, 17 rue de Brest

Avec : Institut Confucius de Rennes, Poezibao

Tarif : Entrée libre et gratuite

Début 2019, les éditions Le corridor bleu font paraître la première traduction française, par Pierre Vinclair, du Shijing, première anthologie de poésie que la Chine ait connue, d’une période allant de moins 1100 à moins 620 av. J.-C. Une prouesse de traduction et un ajout considérable dans l’accès à la poésie chinoise en France.

Peu après dans l’année paraissait l’Anthologie classique définie par Confucius, traduite en anglais par Ezra Pound, elle-même traduite en français par Auxeméry.

Cette œuvre monumentale, aussi appelée Classique des vers, compte 305 poèmes répartis en 4 catégories : les chants régionaux, les petites odes, les grandes odes et les hymnes. Des poèmes qui sont davantage des chansons anciennes, appelées au départ à être chantées, accompagnées d’instruments de musique ou dansées.

La soirée initialement prévue à l’Institut Confucius de Rennes n’a malheureusement pas pu avoir lieu à cause des deux confinements nationaux successifs.

En remplacement, deux textes inédits ont été commandés à Pierre Vinclair et Auxeméry, qui ont été rassemblés dans une plaquette intitulée Le Pangolin de Confucius. La version numérique a été aimablement accueillie par Poezibao, et vous pouvez la consulter en cliquant sur ce lien.

Cette plaquette prendra dès le déconfinement un format papier imprimé à 100 exemplaires, qui sera distribué gratuitement à qui le souhaite.


Auteur aussi actif dans l’écriture, la traduction que la théorie, Pierre Vinclair a déjà publié plusieurs recueils de poésie parmi lesquels : Le Confinement du monde (Lurlure, 2020), La Sauvagerie (José Corti, 2020), Sans adresse (Lurlure, 2018) ou encore Le Cours des choses (Flammarion, 2018) ; plusieurs traductions parmi lesquelles : Shijing. Le Grand recueil (Le corridor bleu, 2019) et Kojiki (Le corridor bleu, 2011) ; et plusieurs essais dont Vie du poème (Labor et Fides, 2021).

Son travail poétique se nourrit de tous ces genres et y navigue en permanence, faisant de chacun de ses livres des objets inattendus.

Il a enseigné pendant dix ans en Asie (Japon, Chine, Singapour), collabore avec Europe, Poezibao, Sitaudis, s’occupe de la revue Catastrophes avec Guillaume Condello et Laurent Albaracin, et dirige la collection S!NG au corridor bleu.

Auteur aussi actif dans l’écriture, la traduction que la théorie, Pierre Vinclair a déjà publié plusieurs recueils de poésie parmi lesquels La Sauvagerie, Sans adresse et Le Cours des choses, plusieurs traductions parmi lesquelles Shijing. Le Grand recueil et Kojiki, et plusieurs essais. Son travail poétique se nourrit de tous ces genres et y navigue en permanence, faisant de chacun de ses livres des objets inattendus.

Il a enseigné pendant dix ans en Asie (Japon, Chine, Singapour), collabore avec Europe, Poezibao, Sitaudis, s’occupe de la revue Catastrophes avec Guillaume Condello et Laurent Albaracin, et dirige la collection S!NG au corridor bleu.

Auxeméry (c’est un pseudonyme) est poète et traducteur. Carrière de professeur de Lettres Classiques, sans distinction particulière, ni effective, ni rêvée. Réside au bord de l’Atlantique. Parcourt quelques contrées à l’occasion, souvent des déserts, ou bien descend des fleuves, ou fréquente des ruines ; écoute le bruit horrible d’un monde où l’homme n’existe plus. Ayant été longtemps à l’étranger, en a gardé l’habitude. Tient des carnets et des cahiers résolument posthumes, depuis des lustres.