Maison
de la Poésie
de Rennes


47 rue Armand Rébillon

Ouvert
du lundi au vendredi
de 9h à 17h

Résidences

En cours

Gabriel Gauthier, Maxime Devige

Jumelage - Collège Simone Veil
13 novembre 2023 → juin 2026

À venir

Grégoire Sourice

Résidence d'automne
28 octobre → 22 décembre 2024
Toutes les résidences

Appel à candidature

Résidences de création 2025-2026

Jusqu'au 1er septembre 2024

Dernier podcast

Le meilleur système · Anne-Sarah Huet · 20 novembre 2023

Tous les podcasts

Ateliers d'écriture

Justin DelareuxMia Brion

Date : 9 mars 2022

Lieu : Maison de la Poésie de Rennes

Tarif : Gratuit, réservations : 02 99 51 33 32

Fonctionnement

10 places par atelier
Pour s’inscrire
Mail : contact@maisondelapoesie-rennes.org
Téléphone : 02 99 51 33 32

Pendant La poésie qui vient, Mia Brion et Justin Delareux proposent chacun.e un atelier d’écriture de 2 heures.

Ces ateliers d’écriture sont ouverts à toutes et à tous, peu importe le niveau ou les habitudes d’écriture.

Vous pouvez participer à un atelier, ou au deux. Il faut dans ce cas préciser par email à quel(s) atelier(s) vous souhaitez participer.


Atelier de Justin Delareux - COMPLET
17h → 19h

Je souhaiterais proposer un atelier d’écriture libre, sans contrainte thématique précise, mais avec quelques suggestions. Plusieurs amorces peuvent être suggérées, amorces de fonds et amorces de formes ou de méthodes.

Dans l’ensemble, j’aimerais que l’on essaie de produire des textes simples, mais les plus percutants possibles.

La présentation : partir d’une contrainte simple ; se présenter. Texte à la première personne du singulier, donc. Partir d’un « je » pour décrire les mondes qui le constituent. Et s’en éloigner petit à petit, peut-être.

Ce « je » peut être réel ou fictionnel.

Les cibles logiques : il s’agirait de se concentrer sur ce à quoi nous allons faire face. Une cible logique pourrait être quelque chose (ou quelqu’un) qui nous brime au quotidien, au travail ou en dehors. Ce que nous souhaiterions affronter, une cible très concrète, ou au contraire, une cible dont on aurait du mal à cerner les contours. ( le petit déjeuner, le patron, telle ou telle entreprise, l’ordre, le temps, etc etc… )

Texte de révolte ou incitation à l’émeute, toutes les formes sont permises.

Concernant la forme, je propose deux choses auxquelles nous pourrions rester attentifs : la forme fragmentaire et la simplification.


Atelier de Mia Brion - COMPLET
une chanson contre soi
20h → 22h

Pour cet atelier, j’aimerais que chacun·x·e prenne (1) une chanson avec soi ; qui vous appelle et vous y répondez. Elle vous captive, au point de la mettre en boucle. Elle vous met dans une certaine zone, où vous captez quelque chose.

Je vous propose d’y travailler avec plusieurs pistes et fenêtres. Liste non exhaustive, où “une” peut être “plusieurs” : une où écrire — une où la chanson joue ad lib — une où glisser entre hyperliens, dictionnaires communautaires et commentaires. (2) Ordinateur — téléphone — carnet — baladeur — écouteurs ou casque : comme vous préférerez faire.

L’adresse, la citation, les raccourcis, la reprise et la transcription sont des outils de création littéraire qui (3) empruntent aux pratiques studio et live, aussi crypto qu’illuminantes : syntaxes et synthétiseurs, matériel et matérialité.

[R/D]éclamons des “hymnes” (sans nation nécessaire), en anglais, “anthems”, en français “ant(i)ennes”. Sauf qu’ici, profane / sacré est un dualisme désuet auquel (4) nous préfèrerons un espace-temps où annoter, éditer et remixer cette version extended de deux heures.


Justin Delareux développe une œuvre polymorphe, contextuelle, dans le domaine des écritures, opérant des liens, des collisions, entre la création littéraire, plastique et sonore. Directeur de publication, agent de liaison, pour la revue Pli et ses éditions.

Dernières publications : Quelques verbes d’actions (pariah, 2019), Parloar (pariah, 2018), Extrait des nasses (Al Dante, 2016).

Mia Brion est autrice, traductrice et performeuse.

Elle pense souvent, reconnaissante, à Jodie Foster dans Contact (1997). La docteure Ellie Arroway attend un signal et l’interprète comme adressé, car on lui donne les conditions matérielles pour le faire. Ce qui fait que le film continue.

Ses conditions sont de pouvoir faire communauté d’éléments pop comme crypto, dos-à-dos comme face-à-face. Elles sont rendues possibles par des mises en tension qui l’amènent à une pratique où subvertir/réattribuer des formes théoriques/poétiques font des slash fictions dans des espaces critiques.